Depuis toujours, l’humanité a été en mouvement. Certaines personnes se déplacent pour trouver un travail ou d’autres perspectives économiques, pour rejoindre leur famille ou pour étudier. D’autres se déplacent pour fuir un conflit, des persécutions, le terrorisme ou des violations des droits humains. D’autres encore n’ont d’autre choix que de se déplacer face aux conséquences des changements climatiques, aux catastrophes naturelles ou à d’autres facteurs environnementaux.

Les mouvements de populations qui quittent leur pays d’origine pour s’établir ailleurs est un aspect essentiel de l’histoire du Canada. Dans ce pays, l’immigration n’a jamais été un facteur de croissance démographique ordonnée. Elle a servi et sert toujours de catalyseur du progrès économique en plus de refléter les attitudes et les valeurs canadiennes. On l’a aussi assujettie, sans le moindre scrupule, aux propres intérêts économiques du pays et souvent à des politiques outrageusement discriminatoires sur les plans ethnique et racial.

Aujourd’hui, il n’y a jamais eu autant de personnes vivant dans un autre pays que celui dans lequel elles sont nées. Cette année, le nombre de migrants dans le monde est d’environ 272 millions de personnes, soit 51 millions de plus qu’en 2010. Toutefois, la proportion de migrants au sein de la population mondiale n’est que légèrement plus grande, passant de 2,3 % en 1980 à 2,8 % en 2000.

A chaque période, tout immigrant a sa destination phare. S’il y a quelques années c’était l’Australie qui avait le vent en poupe, le Canada a dorénavant séduit le des étrangers. Et pour cause, il a trouvé la combinaison gagnante, celle de lancer une immense campagne de séduction pour aller chercher des nouveaux travailleurs. Campagne qui a connu un franc succès puisque le Canada a même été élu pays qui a accueilli plus immigrants.

Si de nombreux individus font le choix d’émigrer, de nombreux autres n’ont pas le choix. On dénombre 70 millions de personnes déplacées de force dans le monde, parmi lesquelles 26 millions de réfugiés, 3,5 millions de demandeurs d’asile et plus de 41 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

 

Brice Obam
Directeur Marketing
Immigration la Référence

 

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *