Depuis la fondation du Canada, l’immigration a toujours eu un impact important sur le paysage économique et social du pays. Chaque année, le Parlement détermine le nombre d’immigrants qui peuvent être acceptés au Canada.

Tous les francophones vivant dans les provinces et territoires autres que le Québec sont reconnus comme faisant partie des communautés francophones en situation minoritaire.

Le terme « communautés francophones » englobe toutes les forces vives de la société civile qui contribuent à l’enracinement et à l’épanouissement de la francophonie en situation minoritaire. Parmi celles-ci se retrouvent les organismes communautaires, les systèmes scolaires, les établissements postsecondaires, les caisses populaires et le secteur privé. Les luttes pour l’obtention des systèmes scolaires de langue française et la reconnaissance de certains droits fondamentaux ont accaparé les énergies communautaires et entraîné un certain repli de ces communautés sur elles-mêmes pendant de nombreuses décennies.

L’arrivée d’un nombre important d’immigrants d’expression française dans les communautés francophones en situation minoritaire à compter de la fin des années 1980 a été un phénomène spontané. La plupart des communautés et des institutions francophones ne s’étaient pas adéquatement préparées pour accueillir et intégrer ces nouveaux arrivants.

L’expérience vécue depuis quelques années a permit de constater que les projets mis en œuvre ont donné lieu à un apprentissage important et à une meilleure connaissance de la situation de l’immigration de personnes d’expression française.

Néanmoins, il est clair qu’une approche fondée uniquement sur des projets ponctuels, de courte durée pour la plupart, ne permettra pas de percée significative en vue de favoriser l’immigration d’expression française au sein des communautés.

Une immigration réussie consiste en trois étapes significatives :

– l’attraction, qui consiste à recruter et accueillir des nouveaux arrivants dans une communauté;
– l’intégration, par laquelle on s’assure de l’insertion économique et sociale réussie des nouveaux arrivants;
– la rétention et l’enracinement, qui consiste à assurer l’installation et l’établissement à long terme des nouveaux arrivants.

 

Brice Obam
Directeur Marketing

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *