L’immigration francophone est évidemment une contribution absolument essentielle à la vitalité des communautés francophones et acadiennes ainsi qu’à la diversité culturelle et linguistique du Canada.

Elle est aussi, et surtout, à l’avantage de tous les Canadiens, et pas seulement des Francophones.

Le Canada, avec ses deux langues officielles, possède un avantage comparatif que peu de pays ont la chance d’avoir. La francophonie canadienne offre une fenêtre sur le monde francophone à l’ensemble des Canadiens. L’immigration francophone n’est donc pas la réponse à la demande d’un groupe particulier de citoyens, c’est une contribution concrète à la prospérité et à l’avenir de tous les Canadiens.

Nous sommes 10,5 millions de Francophones et de francophiles au Canada. Dans le monde, nous sommes 275 millions. En raison du développement fulgurant de l’Afrique, nous devrions être 700 millions en 2050.

Le français est, avec l’anglais, la seule langue parlée sur les cinq continents et, après l’anglais, la langue vivante étrangère la plus enseignée dans le monde. Le français n’est pas une langue dépassée. C’est une langue d’avenir. Le français est un cadeau offert au Canada par les 10,5 millions de Canadiens qui le parlent.

Réussir l’immigration francophone, c’est décider d’ouvrir toute grande cette fenêtre que nous avons sur le monde francophone. Et nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir le faire. Notre progrès économique, social, culturel et diplomatique est à ce prix.

Il est évident que les communautés francophones et leurs institutions sont au cœur de la réussite de l’intégration et de la rétention de cette immigration, apport démographique essentiel à la francophonie canadienne.

Un peu partout sur la planète, les peuples se donnent des objectifs afin de pouvoir parler plus d’une langue. Par ailleurs, 85 % des Européens sont d’accord que tous les citoyens des États membres de l’Union européenne devraient être capables de parler au moins une langue étrangère.

Avec l’importance accrue des migrations, nous savions déjà que le présent siècle serait plurinational. Il sera aussi plurilingue. Le Canada sera-t-il derrière les autres pays ou prendra-t-il place devant eux?

Brice Obam
Directeur Marketing

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *